Et à part ça ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 27 juin 2003

Tu sors ! (par la fenêtre)

Ceux d'entre vous qui soit aviez du retard sur ce blog, soit scrollez pour le fun ou par curiosité, z'avez p'têt remarqué un nouveau p'tit bouton en bas de la colonne de gauche, juste après la syndication RSS.

Intitulé "Config. liens", ce bouton ouvre une pseudo-boîte de dialogue qui vous permet, moyennant un cookie et JavaScript, de définir vos préférences en termes de liens surgissants. S'il est vrai que manu a mis quelque chose de similaire sur son blog depuis quelques semaines, je fais quant à moi la distinction entre trois types de liens :


  • La liste de blogs

  • Les liens internes à ce blog (vers une archive, etc.)

  • Les liens externes (vers d'autres sites que ce blog) au sein des billets

Je sais que, personnellement, je n'attends pas forcément le même comportement par défaut de ces différents types de liens. Si vous aussi, vous voilà servi.

Un dernier détail : pas besoin de recharger la page principale après avoir modifié vos préférences, celles-ci sont appliquées immédiatement.

Voilà...

Boulimik

Snif.

Plus on apprend, plus on comprend combien on sait peu de choses.

J'ai l'impression que la pile des choses qu'il faut que j'apprenne/lise/approfondisse n'a pas de fin, et encore, rien que celles qui me viennent à l'esprit, sans parler de celles qui sortiront plus tard. C'est quelque part désespérant, mais aussi excitant. Tout ça évolue tellement vite. S'il est impossible d'effectuer une veille techno de qualité qui couvre tout, on est au moins certain, dans l'informatique, de ne jamais voir le puits des nouveautés se tarir. Pour qui est dôté d'une insatiable curiosité, c'est une voie royale.

S'entassent donc sur mes listes To Learn / To Read / To Try les éléments suivants (entre autres) : vraie maîtrise des content models de CSS sur les divers navigateurs qui comptent ; lecture régulière de sites comme CSS Zen Garden, Zeldman... mais aussi de blogs toujours plus nombreux, comme tout récemment Mezzoblue ; approfondissements sur le DOM HTML et XHTML 1.1 ; Doxygen ; ANT ; tout ce qui tourne autour de J2EE, comme par exemple les EAR, deploytool, les EJB, la RI de Sun, JMS, JMX, les WebServices, les J2EE Design Patterns et une tonne d'autres trucs ; relire Design Patterns de Gamma ; fouiller Rational XDE et approfondir sur Eclipse ; lire Software Fortresses, Designing J2EE Applications, et divers autres dans la même veine ; les 2 tomes qui me restent sur le cycle Empire de Raymond E. Feist ; finir mes Merriam-Webster's Vocabulary Builder, Guide To Punctuation et Slang of Sin, ainsi que mon achat récent : Honni soit qui mal y pense ; faire mumuse avec DirectX en Delphi, d'abord brut de béton puis via DelphiX, et bidouiller DSPack ; ouvrir un blog sur les techniques de type Effective Java et le remplir régulièrement ; installer une Debian tout intelligemment, coaché par Manu ; apprendre à m'en servir au quotidien, maîtriser la conf système et les compils, et me faire plaisir sur KMail ; me remettre à apprendre l'Italien, pour de bon ; me mettre au piano, pour de bon aussi ; enfin m'attaquer sérieusement au développement de Algorithmit! 3.0 et de OPDoc ; et tellement de choses que j'oublie...

Je serai centenaire avant de m'en apercevoir, à ce rythme-là.

mercredi 25 juin 2003

Le calme après la tempête

Tout va mieux, on dirait.

J'ai déjeuné ce midi avec Michaël, et nous avons pris 2h30 pour mettre les choses à plat. Au final, un consensus a été atteint, en plus de plein de malentendus et d'incompréhensions ventilés. Le résultat de ça se met en branle demain, avec Davux.

J'ai fini d'écrire les sujets de rattrapage Java et SQL, ainsi que leurs corrections et les moulinettes d'évaluation ! Soulagement donc là-dessus aussi, cela me laisse du champ pour bosser le client Tholos malgré le conseil de classe des Sups et la réunion SI (Michaël, Davux, moi) prévus demain.

Pour finir la journée à INSIA, on a reçu en entretien un candidat fort sympathique et pas mauvais du tout, ça fait plaisir.

Enfin, ma Doudou va mieux et je viens de l'avoir au téléphone, donc la vie est cool là tout de suite maintenant. Mais qu'est-ce qu'elle me manque... :-/

Je vais bosser un peu sur du JavaScript, me lire un chapitre de Sethanon et aller me coucher.

Wrath of the Wraith

Il est bon que je n'ait pas blogué 10' plus tôt.

Sans quoi je n'aurais pas lu la dernière réponse de Michaël sur la mailing-list (ML) de la Bulle, au sujet du S.I.

Ce fut une journée stressante, pour le moins, avec rien, ou presque, qui ne va comme on veut.

Foirage de réveil avec un bip tonitruant et ininterrompu pendant plus d'une heure de l'autre côté du mur de ma chambre (dans une pièce de l'immeuble mitoyen, qui m'avait déjà causé des soucis de dodo il y a 3 mois), juste une heure avant mon réveil. Quand ce dernier a sonné, j'étais mort, énervé, et finalement, le bip cessa peu après, et je sombrais dans le dodo nerveux.

Lever final très en retard, donc toujours énervé, départ, passage par la Poste récupérer un paquet et 20 minutes de queue (pfff...), enfin métro et INSIA. Là, ça va mieux : j'entreprends une à une les tâches de ma liste, avec encadrement de Davux, établissement des notes de projet annuel pour les Sups, écriture du sujet Java pour l'examen de rattrapage de samedi, un poil de boulot sur Tholos, et mise en place d'une ML enfin correcte pour la Bulle, grâce à Manu (et hop, mon quota de manu rempli ;-)).

C'est là que ça se gâte : j'envoie un e-mail sur ladite liste demandant une réunion urgente pour debriefer sur la liste des fonctionnalités prévues pour le S.I., et là, Michaël fait une réponse dont la dureté et surtout l'orthogonalité à l'axe entrepris choque tout le monde. La situation, qui s'annonçait difficile car on sentait le vent venir, prend une tournure peu amène. Je réponds poliment, je me fais rembarrer, je réponds poliment, je me fais rembarrer, je fais une demande de réunion avec lui, le directeur et moi pour régler le contentieux et je réponds poliment.

A côté de ça, les entretiens techniques des candidats et quelques broutilles achevaient de me prendre mon temps. Donc Tholos quasi point mort aujourd'hui, et par conséquent, votre serviteur est super énervé, en plus d'être stressé à la perspective de devoir gérer une situation si fortement conflictuelle.

En revenant chez moi, coup de fil avec ma doudou qui démarre très, très mal. Je devais en arriver à la veine sur le front, là. Les choses se calment, mais le malaise de fond (entre moi et maman Doudou) subsiste, ce qui n'a pas fini de me tourmenter.

Une fois assis à mon PC, je découvre une réponse de Michaël, beaucoup plus posée que les précédentes. Evidemment, mon énervement recule devant cette tentative, enfin, de conciliation. J'attends demain pour répondre au calme et réfléchir constructivement, et je me sens plus ouvert à certaines concessions.

Je dois bien avouer qu'au fond de moi, je n'ai pas envie de laisser le S.I. aux mains de Michaël par 1) pur intégrisme technique et 2) ego.

D'une part, je reste persuadé que Michaël n'a pas le niveau technique nécessaire à la mise en oeuvre du projet, ni le niveau managérial nécessaire à sa maîtrise d'ouvrage (ces deux points étant, j'imagine, partiellement faux).

D'autre part, ce projet est magnifique et, en le lançant avec Davux, il devenait mon bébé. J'ai assuré plusieurs maîtrises d'ouvrage de ce type, et les intranets applicatifs, c'est mon coeur d'expertise : le projet m'attire comme les sirènes Ulysse, à ceci près que je ne me suis pas fait enchaîner au mat et du coup on rame.

Très soucieux de la qualité technique et architecturale du projet, je frémis à l'idée d'y impliquer des étudiants peu ou mal formés, je sais trop ce que donne l'effet Broken Window, et non merci, très peu pour moi. Mais en vérité, même si je suis parti pour une qualité technique certaine, elle est au détriment d'une architecture qui, si elle ne saurait être "bof", ne serait sans doute pas "top". Et la documentation de haut niveau ne serait certainement pas à la hauteur de ce que la démarche tout-UML de Michaël pourrait produire.

A l'inverse, sa démarche réveille des souvenirs désagréables de projets empêtrés dans la toute-puissance d'AGLs qui freinaient et réstreignaient le développement, plutôt que de l'accélérer et en accroître les possibilités.

Comme toujours, la vérité est certainement quelque part au milieu, dans la conciliation et la coopération. Et surtout, dans la récession des egos "diva" dont Michaël et moi sommes lourdement dôtés, afin d'aller vers un rapprochement entre la Bulle "noyau" et lui, ce qui n'aurait que des avantages, mais n'est pas gagné pour autant.

La contrainte de temps joue aussi dans ma réticence, ainsi que les délicates questions d'intégration entre sa solution globale et les composantes techniques qui me sont chères...

Peut-être qu'une voie médiane existe, avec Michaël "responsable" de la stratégie, capturant et centralisant les problématiques métier, et gérant le projet d'un point de vue humain et collaboratif ; moi "responsable" de la technique, supervisant l'architecture des différents modules, ajustant les outils pour se caler dans nos normes et à nos exigences de qualité, avalisant les technologies, et codant un peu ; David ouvrant la voie sur l'exécution (le codage, le test, la doc...) ; et peut-être quelques autres étudiants soigneusement encadrés pour de l'exécution déléguée. Mais surtout, avec une véritable écoute entre Michaël et moi, deux architectes, deux collaborateurs, ni chef ni sous-traitant. Le hic, c'est que tout ça va demander pas mal de préparation, et j'ai peur que nos deadlines se mettent à grincer.

Demain est un autre jour. Il faut que j'en parle avec Michaël.

dimanche 22 juin 2003

A pause to ponder

Sur la planète malade que nous continuons à flinguer :
Nous n'héritons pas la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants.

Sur les liens étroits entre amour et abandon :
Women are glimpses of heaven for those who love them.

It is only through abiding within each other's soul,
Only through commitment, through forsaking our traditional sense of freedom,
An utter surrender without right or reason,
Without much pause or definition,
Through mutual confidence and comfort,
The ultimate lowering of all inner shields,
Per this unmistakable, imperious spark of certainty,
That bliss can be found, and greater freedom attained.

Sur les amours de jeunesse :
Le feu de bois vert donne plus de fumée que de chaleur.

Petites faveurs

Je fais le ménage dans mes favoris, et j'ai décidé d'en partager certains avec vous.

Teknik

Côté développement Web, en-dehors de l'éternel W3C, incontournable, je vais souvent m'émerveiller sur les astuces et prouesses CSS de A List Apart (à lire toutes les semaines), Jeff Zeldman, CSS Zen Garden (dont je ne cesse de tester les nouveaux designs), OpenWeb (qui est bô et en français) et Dive Into Mark (et ses Pure CSS Tabs).

À l'occasion, je vais lire Boxes And Arrows et ses articles sur les méthodos de développement et la gestion de projet.

Si je dois faire du JavaScript, j'utilise en mix croisé les docs simples d'emploi de DevEdge et celles, plus gonflantes à accéder mais souvent plus complètes, du MSDN. La référence qui fait loi reste l'ECMA et son standard 262.

D'une façon générale, que ce soit en Dev Web, en SQL, ou autre, je conseille aux débutants d'aller bosser sur W3Schools.

Si j'ai un doute sur les syntaxes d'URL, les protocoles usuels, et tout ce qui est gouverné par un RFC, je vais chez RFC Editor.

Côté Java, je traîne chez Sun, la JDC, et le nouveau Java.net (rien à voir avec .NET, que ce soit bien clair). On trouve beaucoup de trucs chouettes sur jGuru, aussi. Pour apprendre, je ne recommenderai jamais assez le Java Tutorial, de Sun, modulaire et plutôt exhaustif sur toutes les bases. Un excellent point de départ. Toute personne intéressée par Java devrait par ailleurs s'abonner aux JDC Tech Tips.

Utiles

Peu de jours passent sans que j'aille vérifier un mot sur Merriam-Webster, LE dico d'anglais en ligne. Toujours côté mots, j'aimais bien les infos sur l'usage et les expressions de Leximot, mais la rédactrice principale a fait son Martin Loyer et donc pouf c'est fini :-(. Un qui marche toujours et que j'aime bien, c'est ce lexique des termes littéraires.

Si j'ai besoin d'un point de droit, je vais souvent mater Legifrance ou Legalnet, ou pour le droit américain, Cornell.

Quand je me pose des questions sur un pays donné, que ce soit sa démographie, son histoire, sa géo, sa politique... Je vais sur le CIA World Factbook, pas toujours ultra à jour, mais assez complet. Pour les cartes, je vais chez National Geographic Maps.

A plus faible échelle, je récupère mes plans parisiens sur Citéfutée ou, le cas échéant, Mappy.

L'argent ne fait pas le bonheur, mais quand j'ai besoin d'en gérer, je gère mes comptes en ligne sur Logitelnet (pour les clients Soc.Gén.), et je n'ai toujours rien trouvé de mieux pour convertir les devises que Oanda. Si je dois filer des thunes à l'étranger, ou en recevoir de loin, j'aime bien passer par Paypal.

Cool / Hype

Outre mon tour de blogs quotidien (liste à gauche sous les archives), j'adore recevoir, tous les matins voire plusieurs fois dans la journée, la newsletter de Wired, qui reste un des tous meilleurs magazines que j'aie jamais lu (et le seul avec des Story Tools de type print/email/fax, comme ici par exemple), ainsi que les quelques cartoons du jours auxquels je me suis inscrit sur NoNerd (en l'occurrence : Dilbert, Sin Fest, User Friendly et Calvin & Hobbes).

Daypop reste, en temps normal, le top pour se tenir à jour des plus gros sujets de discussion dans près de 35 000 blogs, grâce à son Top 40.

Voilà ! J'espère vous avoir ouvert quelques voies que vous apprécierez.

vendredi 20 juin 2003

Jusqu'au bout !

Merci Davux pour cette petite merveille...

Clippy (le vrai nom de Trombine) n'est pas mort, même si vous y pensez quant à vous :

Clippy helps in desperate cases...

Big Browser Is Watching You

Si vous avez le malheur d'utiliser au moins une fois dans une session la fonction Afficher Les Liens Apparentés dans le menu Outils de IE6, celui-ci envoie toutes les URLs auxquelles vous naviguez, y compris celles au sein d'une session SSL à msn.com et d'autres sites tiers, pour l'instant alexa.com.

C'est vraiment la merde.

Les détails c'est par ici.

jeudi 19 juin 2003

TDD écrit d'écrits

Pas blogué depuis un petit moment.
Pas le temps ou pas l'envie. Ou les deux.

Cette semaine est particulièrement lourde, avec deux conseils de classes pour plus de 300 étudiants, 7 soutenances, et la mise en place à l'arrache d'un Tholos opérationnel en interne, même si c'est avec un client Windows.

Ze s'est cassé le cul pour obtenir un Tomcat 4.1 qui marche sur Debian, mixant le package stable et la distrib binaire d'Apache... Après avoir bidouillé MySQL pour arriver à créer les bons users/pass à partir d'un état de fait bancal, il ne nous reste donc plus, en théorie, qu'à déployer l'appli... J'espère que ce ne sera pas l'enfer. On verra demain.

Le client Tholos en Delphi avance bien, et je souhaite très fort le finir demain, quitte à ne voir ma doudou que vendredi soir. D'ailleurs, ce serait bien que Zineb me dise si, oui ou non, elle a bien 2 places pour son spectacle de danse, histoire de savoir ce que je fais ledit soir. L'appeler demain.

Les plus observateurs d'entre vous auront remarqué que j'ai pas mal allongé la balade de blogs, à gauche de cette page, pour inclure notamment Damelon, Pierre Carion, Tif, HellgY, et plus récemment encore Mantha, FraFra et Tilde. Je ne fais volontairement pas de liens, à vous d'aller les y pêcher.

Refonte aussi, j'ai changé le mode de lien pour que ceux-ci s'affichent correctement dans la barre d'adresse de votre navigateur. En effet, tddsworld.com n'est qu'un domaine redirigé, et comme souvent dans ces cas-là, ça se fait par un frame unique, qui "gêle" la barre d'adresses.

Très prochainement, promis, j'inclue un script qui vous permettra de choisir où s'ouvrent les liens sur blogs, ceux dans les posts et les autres. Quitte à vous faire un petit formulaire popup pour régler tout ça. Il faudra toutefois vous fendre d'un cookie pour ce blog... On n'a rien sans rien.

La lecture qui m'a fait délirer du jour : un article du Wired Magazine de juillet, disponible dans la version en ligne. Pour ceux qui ne lisent pas Wired, abonnez-vous, ça déchire tout.

Enfin, toujours côté pages avec des mots, je relis en ce moment la saga de la Riftwar—en VO bien entendu— de Raymond E. Feist, et ça arrache presque autant que les Alvin et les Ender de Orscon Scott Card. En fait, ça vaut bien Homecoming.

Pour les francophiles, c'est chez J'ai lu, les 5 étant titrés Chroniques de Krondor, ce qui est débile. c'est ici pour le tome 1. Pour ceux qui aiment Feist mais s'y perdent dans la chronologie, qui varie grandement de l'ordre de parution, essayez ça.

Allez, je vais me coucher, demain lever 8h.

jeudi 12 juin 2003

Ouroboros

Attention, suivez bien :


  1. Tiens, je bloguerais bien quelques lignes, je ne l'ai pas fait hier

    1. Ah oui, mais faut quand même que je fasse un tour des blogs avant

      1. Alors, manu...

      2. Kiwi...

      ...

      1. Bon, il serait temps que je me mette à lire Damelon et Pierre Carion

        • C'est quoi, CSS Zen Garden ?


Et paf, il est une heure plus tard. Heureusement que j'ai bien bossé ce matin et en début d'après-midi. Parce qu'entre ça et Frozen Bubble, faut trouver la force !

Tholos avance donc pas mal, je pense que tout le Back-End objet va être fini pour aujourd'hui. En revanche, finir l'applet pour demain, ça me semble compromis... Tout cela risque d'être reporté à lundi prochain, même en cravachant. Du coup, je vais déporter les soutenances des prépas pour accomoder les conseils de classe.

Enfin bon... Il fait plutôt bon juste là maintenant tout de suite, une petite brise circule dans la Bulle, caressant mes pieds, mes mollets et mes bras nus, renversant les gobelets vides et envoyant valser les papiers d'Adrien... Les oiseaux chantent, il fait plutôt beau, j'ai vu ma Doudou ce midi, bref, je suis plutôt de bonne humeur, alors j'en profite pour coder vite (ça c'est sûr) et bien (ça je me contente d'espérer).

lundi 9 juin 2003

Le calme avant la tempête

Aaahhh... Mfrlgmbl.

Un week-end tout cool, c'est bien. C'est aussi, je pense, un prélude nécessaire à une semaine qui s'annonce particulièrement chargée.

Vendredi soir, dîner avec ma Doudou et un couple d'amis pas vus depuis 2 mois, Saïda et Abdel. C'était à la Casbah, près du M° Ledru-Rollin, c'était pas mal mais je pense qu'on a pas eu trop de chance et que d'ordinaire (genre, pas les week-ends de 3 jours), c'est mieux. En tout cas, ça m'a fait plaisir de les revoir.

Samedi, faisage de chats le matin, puis tentative d'après-midi actif. Le plan était : on passe sur les Champs voir l'expo Train Capitale, on va glandouiller au soleil une petite heure vautrés sur les pelouses du parc Monceau, et on finit par 1h-2h de piscine dans le 19e.

Foirage complet.

L'expo est moins intéressante maintenant, et le temps fort (le train qui circule sur les champs) c'était le 1er juin seulement. On compense par un passage au Virgin, et là malheur (et bonheur à la fois) : les derniers tomes de plein de séries que j'aime sont sortis ! Je repars avec 4kg de plus.

Pour contrer le soleil, on se propose de prendre un milk-shake chez Haägen-Dazs, mais celui des Champs a disparu. L'heure tourne, et on oublie Monceau pour tracer vers la piscine. Comme toutes les piscines que j'ai tenté de joindre récemment, elle ne répondait pas au téléphone (!!!), donc pas de certitude sur les horaires. Le métro rame (ah, ah) et nous voilà devant les portes à 18h55, avec la piscine qui ferme non à 20h, non à 19h30, mais à 19h. Same player, shoot again.

On va déposer notre barda chez moi, et on repart dans le centre, pour aller trouver la fraîcheur des salles obscures au Ciné Cité des Halles, où nous sommes allés voir Le Bison (et sa voisine Dorine), qui nous a fait beaucoup rire. Juste avant, cassage de dalle sans prestige au Quick en surface, avec test du SuperGiant, qui n'a rien d'extra. Milk-shake Haägen-Dazs—enfin !— qui nous redonne le moral juste avant la scéance.

Dimanche, gros faisage de chats à nouveau, mais presque toute la journée, passée entre petit-déjeuner et déjeuner à des heures incongrues, et bouquinage intensif vautrés à poil sur le lit, sous les rayons de soleil, et dans une petite brise habilement créée via un courant d'air volontaire à travers l'appart'. Miam, trop tranquille... :-)

Le soir, on se cultive : Le Malade Imaginaire à la Comédie-Française, s'il vous plaît. Excellente mise en scène, j'ai vraiment redécouvert le texte. Toute la salle morte de rire plus que fréquemment, grâce à une distribution très à la hauteur, et très inspirée.

Dîner à l'Epicerie (bientôt présentée dans ce blog ;-)), et retour maison. Enfin, ce matin, faisage de chats, et me voici sur le point de reprendre mes corrections de Java.

La semaine s'annonce très chargée, puisqu'en sus de la formation de Davux, je dois cravacher sur Tholos, mais alors, quelque chose de bien, parce que l'essentiel doit être opérationnel vendredi ! Je m'attends à passer plusieurs soirées à l'Ecole, et pas pour mater des DVD...

Allez, j'y retourne.

vendredi 6 juin 2003

Breathe in, breathe out

Intrépide quoiqu'engourdi, les synapses puant la sueur malgré une abondante pulvérisation de Axe One le matin-même, Robert le Neurone tente toujours, tant bien que mal, de transmettre plein d'acétylcholine à ses voisins et amis, mais c'est peine perdue : ils sont amorphes, au bord de la liquéfaction.

Il fait chô.

Hier soir, audacieux, je choppe mon PSP1 et là, j'annonce : demain, philolisation syntaxique du modèle physique de données, formation sur la bonne gestion HTML 4.01 et Javascript des formulaires, et réflexion sur le formulaire électronique de concertation pour le S.I...

Oui, mais non.

Au début, c'était pourtant bien parti... J'arrive avant 10h à l'INSIA, plein d'énergie et de motivation, humeur winner, c'est la pêche, yessaïe. J'arrive à mon bureau, je me pose, je lis mes e-mails des 30 dernières minutes, je traite du courrier (papier, si si) en retard, etc. Arrive Davux, vers 10h20, qui nous dit que ayé, la gestion des high scores Frozen Bubble marche.

Bus Error.

Et voilà la matinée partie en fumée, alors que la Bulle bulle avec des bulles.

Arrive 12h30, on part acheter à manger, on déjeune, je vais lâcher 800 € aux Impôts rue de Paradis, mais bonjour l'Enfer, justement, avec la ligne 4 qui croît vraiment que c'est pas grave d'envoyer chier les Parisiens pour le plaisir.

Retour à 14h, préparation de la correction de l'exo du dernier cours aux contrats de qualif', et du cours d'aujourd'hui, et de l'exo pour la prochaine fois. 14h30, paf cours.

Et là, on est à 18h, et j'en reviens, je suis mort (la 41 est de loin la salle la plus chaude), et on a rien fait avec Davux. En plus, j'ai moult taf sur les corrections en attente que je voudrai bien avancer le plus possible. Pfff, je sens venir le jour de retard sur le planning de formation de mon PSP...

Histoire de me soulager, je vais vous parler juste 15" de Manu, ce cher Manu, plus connu sous le nom de manu manu sauvage, qui décidément m'énerve un peu à tout savoir plus mieux que moi sur les CSS et leurs subtilités inter-navigateurs, et puis lui il a pas eu de chocolat chaud renversé sur tout ce que son bureau comptait de sensible, faut dire que j'ai fait le pire fumble du semestre sur ce coup-là. Mais surtout, avec tout ça, j'ai de l'avance sur mon quota de "manu" (paf ! Encore un !) par mois dans mon blog. On est shameless ou on ne l'est pas, est n'appartient pas au Shameless Corner™ qui veut.

Bon, et si je me mettais à ces corrections de Java, moi ?

jeudi 5 juin 2003

Paye ton script

Tiens, ça faisait longtemps.

Aujourd'hui, en plein effort de corrections massives, je me suis retrouvé avec des rendus pleins de nos chers fichiers AUTHORS. Evidemment, ça ne dira rien à ceux qui ne sont ni à l'INSIA ni à l'EPITA, mais en gros, quand des étudiants font un rendu unique alors qu'ils ont bossé à plusieurs, ils incluent un fichier AUTHORS, d'un format bien défini, dans leur rendu.

Ce qui fout la merde côté correction, car il faut traiter ça pour gérer les rendus de façon appropriée, en évitant de foutre un zéro sous prétexte que le rendu n'est pas présent chez les coéquipiers.

Là où c'est plus drôle, c'est que lesdits coéquipiers ont souvent soumis un rendu incomplet, ou plus complet, que le premier gars dans la liste qui présente le fichier AUTHORS. Des fois ils sont plusieurs dans le même groupe à le présenter.

Et pour finir, nombre d'entre eux rendent un fichier totalement foiré, dont le contenu n'a rien à voir avec la norme correspondante.

J'avais commencé à les traiter manuellement, mais une fois arrivé aux Ing1, ça devient ingérable, avec plus de 100 fichiers présentés.

Donc, paye ton script shell.

Ça faisait foutrement longtemps.

Mais ça fait toujours plaisir de remettre les mains dans le cambouis bien épais, et de recombiner les commandes Unix de façon créative et rigolote... Toutes les 2 lignes, on se dit, "p'tain, j'pourrais pas faire ça sous Windows...".

Au final, j'ai poussé le vice jusqu'à le faire afficher ses traitements en ANSI, avec des codes couleurs et tout. C'est pratique pour voir d'un coup d'oeil qu'une erreur est survenue quelque part, où qu'un traitement était incomplet, etc. Les couleurs, ça se repère dans un défilement de texte.

Au final, même pas tout à fait 200 lignes de script shell tout mignon, "Javadoc"é et tout.

Allez, je vais pouvoir enfin corriger ces foutus rendus.

mercredi 4 juin 2003

J'ai médit

Le salaire est arrivé. On est le 4.
J'ai médit.
Décidément, depuis que l'ami Gilbert est arrivé, petit à petit, tout va mieux.
Il va finir par réhabiliter le prénom à mes yeux !

mardi 3 juin 2003

"Jules"

J'inaugure donc la rubrique —à l'exception du post d'intro— avec "Jules" (les guillemets font partie du nom), un petit restaurant comme on aimerait en voir plus souvent, que j'ai découvert hier.

"Jules" est discret, mignon, accueillant et très bon. Et pour courronner le tout, même pas cher, en tout cas très raisonnable par rapport à la qualité des mets.

Juste à côté du M° Bourse, niché rue J.-J. Rousseau, à 2 pas des Halles, il offre une salle à l'étage tout en tons safranés et, le soir, en lumière tamisée. Aux murs, des tableaux illustrent nombre de Jules célèbres. Le chef Eric Teyant et l'hôtesse, qui je crois s'appelle Céline, sont accueillants, chaleureux, ouverts  ils ont le sourire facile et discutent aisément. Le nombre de couverts est lui aussi léger : pensez à réserver.

La cuisine, assez France du Terroir, est joliment présentée dans des assiettes rectangulaires blanches à bords relevés, et les saveurs sont fines et envoutantes, avec parfois une inventivité de bon goût, comme ces petits pots de crème brûlée aux saveurs distinctes, dont la Lavande et une épice indienne sucrée dont je n'ai pas retenu le nom.

Côté plats, beaucoup de poisson mais aussi quelques viandes excellentes, comme cette côte de cochon pommes aux cidre ou cette fricassée de rognons au Banyuls, première fois (malgré de nombreux essais) que je découvrai en restaurant des rognons qui me satisfassent.

Une carte des vins plutôt bien choisie et assez variée, dont plusieurs aux verres —notamment le Layon, moelleux, qui va à merveille avec le foie gras maison— ou en demi-bouteille, à des prix ajustés.

Enfin, la merveille, ce sont les 2 menus qui bordent la carte, à 21€ et 29€ seulement, dont la composition laisse pantois au regard de leur tarif. Pour le second, que ma Doudou et moi avons retenu, nous avons pu nous laisser tenter par le fameux foie gras, les viandes suscitées, le plateau de fromages et un dessert au choix (la mousse au chocolat, sympathique, et les petits pots mentionnés plus haut).

Et en plus, ils ont du Pineau des Charentes pour l'apéritif, et même s'il ne vaut pas le vieux pineau François 1er de la Cagouille, il est très, très bien.

Bref, un endroit tout doux, tout bon, tout tranquille,

Les infos qui vont bien :
"Jules"
62 rue Jean-Jacques Rousseau 75001 Paris
M° Bourse
Ouvert du lundi au vendredi jusqu'à 22h30
Réservation conseillée - 01.40.28.99.04

Nouvelle rubrique !

Eh oui !

Même si vous ne le saviez pas encore, vous l'attendiez. Alors que Kiwi/Julien vous parle régulièrement de cinéma (ce qui a le mérite de nous avertir sur les films pourris, qu'il n'hésite pas à aller voir en méprisant bien fort les directeurs des recettes UGC Illimité), je vais vous parler, de temps à autre, de restaurants, au sein de la rubrique Miôm!.

Comme j'en ai plein ma musette, je pourrai même, peut-être, me fendre régulièrement d'une nouvelle entrée. Mais pour commencer, je vais vous parler de ma dernière trouvaille en date. Au prochain post :-)

lundi 2 juin 2003

Transitions estivales

On est le 2 juin. C'est fou.

Tu bosses, tu vis ta vie, les jours se suivent sans forcément se ressembler, tu te dis "waaaah déjà lundi" (et tu te le dis tous les lundis, en plus), et pis tu te dis "rhoooo déjà le mois suivant" et à coup de ça voilà que c'est juin.

C'est dingue.

Surtout qu'avec le temps qu'on a depuis quelques jours, en gros c'est l'été. Même si ça ne dure pas, mais ce week-end c'était soleil de plomb —ponctué, il est vrai, par un orage samedi soir, que j'ai fort apprécié en pantalon/tshirt mon bouquin à la main.

Paf c'est l'été, sans prévenir, rien. Trois semaines avant la date officielle. Je ne me lasserai jamais des lubies du micro-climat parisien (ou plutôt des micro-climats, tant il est vrai que hier Montmartre a fait la gueule alors que chez moi ou chez des potes tout allait bien). Je prie donc pour que le beau temps perdure, que je puisse continuer à me balader en sandales et T-shirt, et sortir plus souvent mes zoulies lunettes de soleil.

Ce week-end, soirée d'anniversaire d'une copine samedi soir, Sarah ayant 21 ans juste aujourd'hui. C'était très sympa, l'occasion de revoir des gens que je ne vois presque que dans ces soirées-là, et ma Doudou s'est pris une lubie sur une robe chinoise sublime qu'elle avait vue en marchant vers l'appart' où nous fêtions ça. Du coup, la voilà qui sort un moment pour revenir dans ladite robe, qui lui allait d'ailleurs si bien qu'on l'aurait crue taillée pour elle par un artisan aussi célère que dextre. Sacrée Doudou, impulsive à souhait, mais pour mon plus grand plaisir sur ce coup. En plus, il paraît que c'était une excellente affaire (la robe, s'entend. Je ne parlerais pas ainsi de ma Doudou :-)).

J'ai un emploi du temps chargé au boulot, l'air de rien.

D'une part, la formation de Davux, qui me prend un petit peu de temps à encadrer, mais ça va. Ensuite, le projet du S.I. lui-même, mais pour l'instant le travail qui s'y rapporte est aussi fait avec Davux.

Les deux gros points du moment sont plutôt : a) les notes (piscine Java, piscine SQL, module 1) et le sujet final n°2 pour mon dernier module, et b) Tholos, qui doit être opérationnel pour le 15/06, et servira alors de plate-forme pour les QCM d'admissions.

A côté de ça, je travaille régulièrement sur KEA, qui m'a bien pris la gueule récemment pour mettre au point LoggedUsers, sur lequel je finalise encore quelques trucs histoire de rendre le bloc de code correspondant le plus générique possible.

Ce matin, Ô surprise : les tickets restaurant débarquent, le premier jour ouvré du mois. Phénoménal. Vivement que les salaires fassent pareil.